contact: +33 (0) 1 44 77 91 00

Téléphone:
01 44 77 91 00
#

La Smart Data et l’E-Santé : un duo gagnant ?

- Kategorie: NTIC

02/28/2017

Smart Data et l'esanté

 

L’arrivée de la Big Data, à partir de 2010, a signé une véritable Data-révolution. Deux chiffres permettent d’illustrer ce phénomène :

  • 2,5 Trillons de tera octets sont générés par jour dans le monde
  • 90% des données générées ont été créées au cours de ces deux dernières années
Nous croulons sous une avalanche d’informations et leur analyse constitue une tâche laborieuse. L’exploitation des données brutes devient donc un enjeu fondamental. Cet enjeu s’obesrve particulièrement dans le domaine de la santé.

 

La légende des 5V

Le Big Data se base sur les 3V de Gartner afin d’expliquer ses enjeux :

  • Volume pour la masse incessante et grossissante de données qui continue d’affluer
  • Variété pour le stockage des données sur une multitude de supports (images, vidéos, IP, comptes, textes, voix…)
  • Vitesse pour la rapidité des traitements des données permettant de les exploiter
La Smart Data est une version exploitable et pertinente de nos données. Le but étant de passer du quantitatif au qualitatif. Aux 3V de Gartner, s’ajoute donc :
  • Véracité pour la fiabilité et la crédibilité des données collectées
  • Valeur pour la pertinence de l’information collectée

 

Le pari de la Smart Data dans le domaine de la santé

Les travaux autour de la Smart Data en santé sont à la recherche perpétuelle d’un équilibre entre d’une part des contraintes très fortes (réglementaires, sécurité, éthique) et d’autre part des opportunités quasi infinies (traitement prédictif, médecine personnalisée).

Des enjeux règlementaires

La loi Informatique et Libertés

La loi Informatique et Libertés bientôt remplacée en 2018 par la nouvelle réforme européenne interdit le traitement et la collecte des données sensibles (Article 8 de la Loi Informatique et Libertés). Néanmoins, l’alinéa 6 de ce même article ne soumet pas à cette interdiction « les traitements nécessaires aux fins de la médecine préventive, des diagnostics médicaux, de l'administration de soins ou de traitements, ou de la gestion de services de santé et mis en œuvre par un membre d'une profession de santé, ou par une autre personne à laquelle s'impose en raison de ses fonctions l'obligation de secret professionnel prévue par l'article 226-13 du code pénal ».

Des enjeux de sécurité

La protection des données, en plus d’être une obligation légale, est un enjeu capital pour prévenir des risques financiers, humains et réputationnels que cela pourrait engendrer.
En Janvier, l’ANSSI (Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information), a annoncé le lancement d’Acyma, une plateforme d’aide et d’accompagnement pour les particuliers, TPE et PME qui ont subi de la « cybermalveillance ». Preuve que la protection de nos données est devenue un enjeu gouvernemental.

« Le pétrole de demain, c’est la donnée »

C’est par cette phrase que BPI a introduit la journée intitulée« Les PME à l’assaut du Big Data » en Novembre 2015.
Et les institutions ne s’y sont pas trompées en investissant dans le numérique. Ainsi, BPI France a créé le « Fonds Ambition Numérique » dans le cadre du PIA et la CCI a lancé son « Grands Défis Numérique ».

La France a compris l’enjeu de la data, portée par Marisol Touraine, Ministre de la Santé et des Sports. La stratégie nationale « E-Santé 2020 » s’articule autour de 4 priorités : la médecine connectée, la co-innovation, la simplification des démarches administratives des patients et le renforcement de la sécurité des systèmes d’information en santé.

 

Une action adaptative et personnalisée

La Smart Data permet de tendre à une médecine personnalisée et proposer le bon traitement au bon moment pour le patient. A travers des actions de :

  • Prévention, en permettant de suivre et surveiller l’état de santé du patient, avec les IoT notamment
  • Diagnostic, en ouvrant et unifiant les données collectées sur un même patient
  • Traitement, en exploitant et partageant ces données et permettre aux médecins d’améliorer les soins, voire d’accélérer la recherche
  • Suivi médical, afin de vérifier si le patient prend correctement son traitement et alerter le cas échéant
Et si la Smart Data nous permettait d’aller plus loin ?

 

Et demain : une médecine prédictive ?

En autorisant l’accès à l’ensemble des données du patient, pourquoi ne pas rêver d’une médecine prédictive où l’on pourrait prévenir la maladie avant même l’expression des symptômes ?
Une telle évolution permettrait une médecine des 4 P : personnalisée, préventive, prédictive et participative.

Mais quelles sont les technologies de demain les plus prometteuses ?

  • L’Intelligence artificielle. Par exemple IBM Watson est un superordinateur qui permet de lire 200 millions de pages d’études en quelques secondes. Cette technologie permet de faire des recommandations de traitement au patient
  • Les objets connectés. Du T-shirt connecté au glucomètre intelligent, ces capteurs de santé vont permettre de produire les données nécessaires pour prévenir ou suivre la maladie
  • L’imprimante 3D. Des prothèses sur mesures, des tissus vivants ou encore des exosquelettes parfaitement adaptés à chaque patient
  • L’Open Innovation ou le partage des données entre les différents acteurs du secteur médical afin de faire avancer la recherche

 

L’E-Santé en est à ses balbutiements et le secteur médical constitue un vaste champ d’actions et d’opportunités pour les startups qui souhaitent s’engager dans cette voie.